Wiki Avatar
Advertisement

L' Attentat du Centre Culturel de la Tribu de l'Eau du Sud était une attaque orchestrée par Varrick, bien que exécutée par la Triade de l'Agni Kai et supposée être une attaque de la Tribu de l'Eau du Nord, qui avait entraîné une escalade des tensions entre Résidents de la Tribu de l'Eau du Nord et du Sud de la Cité de la République.

Mené pendant la marche pacifique de la Tribu de l'Eau du Sud contre l'occupation du Sud par le Chef Unalaq et ses forces, le bombardement du Centre Culturel de la Tribu de l'Eau du Sud a entraîné de graves conflits politiques au sein de la République des Nations Unies

Histoire[]

Prélude[]

Marche de la paix

Le bombardement a eu lieu au cours d'une marche pour la paix orchestrée par la Tribu de l'Eau du Sud.

Au cours des incidents liés aux esprits sombres, le Chef Unalaq a ordonné à ses militaires de commencer une occupation belligérante du Sud, qui a conduit à des troubles à l'échelle nationale qui ont finalement dégénéré en une guerre civile ouverte. Les résidents de la Tribu de l'Eau du Sud de la Cité de la République ont organisé une marche pacifique à l'extérieur du Centre Culturel de la Tribu de l'Eau du Sud pour soutenir le rétablissement de la souveraineté de la Tribu de l'Eau du Sud, tandis que les résidents de la Tribu de l'Eau du Nord se sont massés dans les rues pour soutenir les actions de Unalaq. Une forte présence policière a aidé à gérer la situation et aucun affrontement violent n'a eu lieu.

Bombardement[]

Détonateur

Un membre de la Triade de l'Agni Kai a fait explosé les bombes avec une télécommande.

Pendant que la police surveillait les manifestations, des membres de la Triade de l'Agni Kai se sont rendus au Centre Culturel de la Tribu de l'Eau du Sud, déposant des bombes dans les étages supérieurs. Au plus fort de la marche, les criminels ont fait exploser le bâtiment, choquant la foule rassemblée. Alors que les criminels étaient sur le point de s’échapper, ils ont été poursuivis par l’agent Mako, qui, malgré ses efforts, n’a pu les empêcher de s’échapper. Malgré cela, Mako a réussi à récupérer le dispositif de détonation utilisé par l'un des membres de la triade.

Conséquences[]

Raiko et Korra

Le Président Raiko a refusé d'intervenir directement dans la Guerre Civile de la Tribu de l'Eau lors d'une réunion privée avec Varrick et Korra.

L’attentat à la bombe a amené la plus grande partie de la Cité de la République, ainsi que Korra, à croire que la Tribu de l’Eau du Nord était responsable de l’attaque. En conséquence, le jeune Avatar a imploré le Président Raiko d'intervenir, demandant le soutien militaire des Forces Unies avant que le Nord ne détruise le Sud dans une guerre ouverte. Le Président, cependant, restait convaincu que la participation de la République-Unie au conflit était déraisonnable et affirmait que la nation ne ferait que faciliter les relations diplomatiques entre les deux tribus.

Korra a ensuite tenté de contourner Raiko en demandant directement le soutien du Général Iroh. Bien que le général soit disposé à soutenir le Sud indiscrètement sous prétexte de se protéger du blocus nord de la mer du Sud, le Président intervint avant que la marine ne puisse se mobiliser en donnant l'ordre officiel de ne pas quitter les quais sans son consentement, menaçant Iroh de la cour martiale s’il contrevient à ses ordres.

Mako, pour sa part, a continué à enquêter sur la nature de l'attentat, convaincue que le Nord n'était pas responsable de l'attaque. Il a pu identifier l'un des bombardiers en tant que membre de la Triade de l'Agni Kai et a finalement découvert que la technologie permettant de créer des détonateurs distants était exclusive aux Industries Varrick. Cependant, en raison de son poste d'officier subalterne et du fait que la plupart de ses collègues présument que les habitants du Nord sont responsables, Mako avait besoin de plus de preuves avant d'accuser Varrick.

Anecdotes[]

  • Au cours de la marche pour la paix, les pancartes détenues par les habitants de la Tribu de l'Eau du Sud indiquaient "liberté" (自由), "paix" (和平) et "autonomie du Sud" (南方自主).

Références[]

Advertisement